[Critique] Le Fantôme d’Aziyadé

Au Théâtre Avignon - Reine Blanche jusqu'au 26 juillet 2019

© Pascal Victor - ArtComPress
0 17
C’est une véritable invitation au voyage que nous propose Le Fantôme d’Aziyadé.

De quoi parle Le Fantôme d’Aziyadé ?

Alors jeune officier de marine affecté à Stamboul, Pierre Loti vit avec Aziyadé une passion amoureuse d’autant plus intense qu’elle est secrète. Dix ans plus tard, l’homme revient, il retrouve des lumières, des odeurs, des atmosphères, mais cherche la trace de son amour passé dans des rues qu’il ne reconnait plus. Un voyage au cœur de la mémoire, de l’amour, d’un Islam fantasmé.

Pourquoi faut-il aller voir Le Fantôme d’Aziyadé ?

Le Fantôme d’Aziyadé, c’est la réunion de deux livres de Pierre Loti : Le Fantôme d’Orient et Aziyadé.

Xavier Gallais, seul sur scène dans une mise en scène réduite au minimum (un fauteuil, un micro et un ordinateur) nous emmène, par sa voix chaude, aux portes de l’Orient, à Istanbul plus précisément, sur les traces d’Aziyadé, que Pierre Loti est venu chercher dix ans après.

Le récit des deux voyages, le premier – celui de la rencontre – et le second – celui du retour sur les lieux de cet amour interdit – s’entremêlent. On se laisse emporter au gré des sonorités qui nous transportent ailleurs : l’Orient semble là, posé, devant nous. On l’imagine parfaitement et on a l’impression d’y être nous aussi. Par son interprétation, Xavier Gallais nous fait ressentir à la fois Stamboul la splendide et Istanbul détruite. Il erre dans cette ville qu’il ne reconnait plus, semblable à un labyrinthe, comme sa mémoire endormie, à la recherche du fantôme d’Aziyadé.

On se laisse tout simplement envoûter par la voix du souvenir de Pierre Loti, puis le récit s’accélère, prenant parfois des allures de thriller. Au fur et à mesure des rencontres, le fil de l’histoire se reconstitue. On est suspendu à ses lèvres : mais qu’est devenu Aziyadé ? Va-t-il parvenir à la retrouver ?

Que faut-il retenir de la pièce Le Fantôme d’Aziyadé ?

C’est une véritable invitation au voyage, sensible et émouvante, que nous propose Le Fantôme d’Aziyadé, à la fois intérieur mais aussi aux portes de l’Orient. Xavier Gallais, seul sur scène dans une mise en scène réduite au minimum, nous emporte et nous fait ressentir les moindres détails (images, odeurs, paysages) de ce voyage sur les traces d’un amour perdu.

En complément de cet article, et si vous souhaitez en savoir plus sur Le Fantôme d’Aziyadé, je vous invite à découvrir l’interview de Xavier Gallais.

Le Fantome d'Aziyade


Le Fantôme d’Aziyadé (1h20)

  • Auteur : Florient Azoulay et Xavier Gallais, d’après Pierre Loti
  • Metteur en scène : Florient Azoulay et Xavier Gallais
  • Avec : Xavier Gallais

A l’affiche du Théâtre Avignon – Reine Blanche du 6 au 26 juillet 2019 à 11h00 (à l’exception des 12 et 19 juillet). Plus d’infos sur : www.reineblanche.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.