[Interview] Daniel Russo : « Chaque pièce a son rythme et chaque pièce a son théâtre »

Daniel Russo / © Anne-Sophie Giraud
0 18

Daniel Russo est actuellement sur la scène du Théâtre des Variétés, aux côtés de Corinne Touzet et de Loup-Denis Elion, où il joue Alors on s’aime !, une pièce écrite par Flavia Coste (Non à l’argent !) et mise en scène par Anne Bourgeois (Tant qu’il y a de l’amour). Quelques jours après avoir vu la pièce, j’ai eu l’immense plaisir d’aller à sa rencontre pour l’interviewer.

 

Bonjour Daniel, vous êtes actuellement sur la scène du Théâtre des Variétés où vous jouez Alors on s’aime !. Pouvez-vous nous présenter cette pièce ?

Daniel Russo : C’est un couple qui s’engueule tout le temps et, à un moment donné, le voisin n’en peut plus et va descendre. Il va s’engueuler avec eux bien sûr. C’est une pièce où ça gueule beaucoup…pour le rire bien entendu. Et ils vont s’apercevoir que ce voisin écrit dans un journal pour le courrier du cœur afin que les gens aillent mieux donc ils vont le séquestrer pour qu’il fasse quelque chose pour eux. Il ne va plus pouvoir rentrer chez lui et il va être obligé de faire quelque chose avec son talent, son travail. Du moins, il va essayer. En plus, il avait déjà travaillé là-dessus et il a inventé dix règles d’or qu’il va nous faire jouer pour qu’on puisse mieux se disputer. Non pas ne plus se disputer mais mieux se disputer pour vivre mieux

Alors on s'aime

Vous jouez le personnage de Max. Qui est-il vraiment ?

Max c’est un gars qui travaille trop, qui est nerveux, qui rentre chez lui alors qu’il n’y a rien à bouffer et qui, d’un seul coup, craque. Il n’en peut plus. Il est quand même marié à une femme qui normalement travaille deux jours dans la semaine mais qui a quitté son boulot donc ça le rend encore plus fou. Donc je pense que le Docteur Love, le voisin, arrive à point pour essayer de faire quelque chose.

Vos partenaires sur scène sont Corinne Touzet et Loup-Denis Elion. Est-ce la première fois que vous jouez avec eux ?

 Avec Corinne, on avait tourné ensemble il y a très longtemps (ndlr : dans Ca va pas être triste) avec l’une de mes idoles qui est Darry Cowl. Je me souviens que dans le film il y avait Daniel Prévost, Jacques Balutin, toute une bande de comédiens que j’aime beaucoup. Mais on n’avait jamais été au théâtre ensemble. Et puis Loup-Denis on le découvre. Il a quitté la série Scènes de Ménage car il avait envie de faire du théâtre. Il a eu raison. On s’entend bien. C’est une belle découverte Loup-Denis.

Alors on s'aime
Corinne Touzet, Daniel Russo et Loup-Denis Elion dans Alors on s’aime ! / © Fabienne Rappeneau

La pièce se déroule sur un rythme très enlevée…

Oui, il faut. Moi je dis toujours que chaque pièce a son rythme et chaque pièce a son théâtre. C’est très bizarre. D’un seul coup si tu choisis pas le bon théâtre pour une pièce, ça peut ne pas être bon du tout. Et là, le rythme de cette pièce, évidemment, on est obligé parce que ça se joue à l’énergie. Et puis, chacun des trois personnages se défend dans la pièce avec son énergie propre donc c’est vrai que c’est un rythme d’enfer.

Le titre de la pièce c’est Alors on s’aime ! et non Alors, on s’aime ?

Ça a été le dilemme ça. Mais c’est mieux, surtout que le point d’exclamation est comme un éclair. Mais ils s’aiment bien sûr. J’ai connu un couple comme ça qui s’engueulait tout le temps. On avait l’habitude. Ils venaient à la maison, je disais « Tu vas voir, dans 10 minutes, ça va péter » et paf ça pétait. Mais c’était comme ça. Ils ne se sont jamais séparés donc c’est que ça marchait bien.

La pièce est programmée jusqu’au 6 janvier 2019 au Théâtre des Variétés. Une tournée est-elle envisagée par la suite ?

Oui, normalement pour janvier 2020. On va faire toute la France.

Si ça ne vous dérange pas, on va un peu parler de votre carrière maintenant. Vous ne vous destiniez pas à devenir acteur. Le théâtre est arrivé un peu par « accident » dans votre vie ?

C’est un vrai accident oui. J’ai voulu montrer aux autres comment Tarzan faisait pour passer d’une liane à l’autre. Evidemment, j’ai raté la liane et je suis tombé : accident. Mais bravo pour l’accident parce que c’est ce qui m’a mené à être comédien vu que j’ai pris des cours pour reparler normalement. Ca m’a pris quand même pas mal de temps. Et, en même temps, il y a eu la rencontre avec Robert Lamoureux dont j’avais décoré l’appartement – puisque que j’avais fait l’école Boulle –  et qui m’avait invité au théâtre. Cet accident s’est transformé en positif. Du négatif on arrive au positif. Je me dis toujours que c’est pareil pour les rôles. Si je n’ai pas ce rôle là c’est qu’il y a un truc qui va m’arriver et c’est comme ça que j’ai eu les plus belles surprises.

Donc, j’ai réappris à parler normalement et comme Robert Lamoureux m’avait indiqué des professeurs, je ne voulais pas le rappeler sans avoir des résultats. J’ai bossé comme un fou et c’est quand je suis rentré au Conservatoire que je l’ai appelé. Je lui dit : « Voilà, Robert, il faut que je vous dise, je suis rentré au Conservatoire National d’Art Dramatique ». Et il me dit : « Le vrai ? ». Je lui répond : « Oui, le vrai » et il m’a dit « Viens à la maison ! ». Je suis allé chez lui et il m’a dit « Ecoute, c’est comme si c’était moi » et il m’a dit un truc fort parce qu’il m’imitait tout le temps en me disant : « Quand tu es venu dans ma loge et que tu m’as dit j’aimerais faire du tthéâtre, tu n’arrivais même pas à dire le mot théâtre ». Quelqu’un qui demande à faire du théâtre alors qu’il n’arrive pas à parler, 95% des gens vont lui dire « C’est pas pour vous » mais il m’a dit un truc vachement bien : « Tu sais, si je t’envoyais des professeurs, c’était pas pour que tu deviennes comédien mais pour te décomplexer, pour que ça aille mieux dans ta vie ». Donc ça part quand même d’un beau sentiment. C’est une belle rencontre, c’est MA rencontre Robert Lamoureux.

Depuis plusieurs années maintenant, vous enchaînez les pièces de théâtre, ce qui vous laisse moins de temps pour les tournages.

J’ai tourné cet été un Meurtres dans le Morvan que l’on va voir prochainement. Mais oui c’est prenant le théâtre évidemment. Et puis ça me plaît. C’est ma passion, c’est comme ça. J’arrive très en avance au théâtre. J’ai des lectures là haut, j’ai des pièces à lire, des choses à faire. Donc je me baigne tout le temps là-dedans. C’est un vrai plaisir. C’est une sensation magnifique d’avant spectacle d’attendre, ou même de répéter avec tout le monde. C’est comme une famille. Ca n’a rien à voir. C’est génial.

Vous êtes également auteur. Vous avez notamment coécrit le scénario de Neuf Mois avec Patrick Braoudé. Est-ce que une expérience que vous aimeriez renouveler prochainement ?

Je l’ai fait avec Bingo aussi, un film avec Smaïn. Mais il faut dire que, souvent, je change pas mal de choses avec le metteur en scène. S’il y a un projet d’un seul coup et qu’on a envie de le faire, pourquoi pas. Mais c’est vrai que le fait d’être au théâtre, l’occasion ne se présente pas. C’est toujours pareil. J’étais justement en train de lire une pièce qu’on m’a envoyé. Je me suis dit « Et si j’essayais d’écrire une pièce ? »… Je sais pas. C’est quand même un métier.

Neuf Mois

Et passer à la réalisation ou à la mise en scène d’une pièce, c’est quelque chose qui pourrait vous intéresser aussi ?

De la mise en scène, j’en ai fait pas mal. Même au Conservatoire. Quand j’étais là-bas, j’avais monté Des souris et des hommes. C’était un exercice d’élèves qu’ils m’avaient demandé de rejouer un lundi d’ailleurs. On avait eu tellement de succès, c’était pour que les gens du métier puissent le voir. On était vachement contents. C’était une belle aventure avec tous les copains. Et après, j’ai monté pas mal de pièces dans le répertoire de la comédie : du Feydeau, du Courteline et des choses comme ça. J’en ai déjà monté pas mal. Et là, je suis sur deux projets de mise en scène. Je sais pas encore. On va voir.

Avez-vous d’autres projets qui se profilent à l’horizon ?

Théâtre, théâtre, théâtre. Je prépare la tournée de la pièce Alors on s’aime ! bien sûr. C’est signé. Il y a quelque chose normalement que je devrais faire en septembre de l’année prochaine. C’est marrant j’en ai discuté aujourd’hui (ndlr : l’interview a été enregistrée le 31/10/2018). Et là j’attends pour janvier de voir ce qui va se passer. Mais ça va être théâtre. Peut-être un tournage l’été, je sais pas. Mais certainement encore une pièce en septembre et la tournée en janvier 2020.

Pour conclure, je vous laisse le mot de la fin.

Merci.

Un grand merci à Daniel Russo qui a pris le temps de répondre à mes questions pour Ciné, Séries, Culture.


Alors on s’aime ! (1h35)

  • Auteur : Flavia Coste
  • Metteuse en scène : Anne Bourgeois
  • Avec : Daniel Russo (Max), Corinne Touzet (Charlotte) et Loup-Denis Elion (Docteur Love)

A l’affiche du Théâtre des Variétés depuis le 20 septembre 2018 et jusqu’au dimanche 6 janvier 2019, du mercredi au samedi à 21h00, représentations supplémentaires le samedi à 16h30 et le dimanche à 17h00

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.